Vous êtes ici : Accueil Le contexte martiniquais Hydrologie Hydrologie
Actions sur le document

Hydrologie

— Mots-clés associés :

Le réseau hydrographique

Le réseau hydrographique de la Martinique est marqué par un nombre important de cours d’eau et de bassins versants indépendants.

Le plus important d’entre eux est celui de la Lézarde, mais la majorité des bassins versants sont de taille modeste, le plus souvent inférieurs à 15 km².

 

Bassins versants principaux :

Bassin versant
Superficie Linéaire du cours d'eau principal
Carte de situation
Lézarde 116 km² 35,8 km
Bassin versant de la lézarde
Capot 57 km² 21,8 km
Bassin versant de la Capot
Galion 37 km² 23,1 km
Bassin versant du Galion
Rivière Salée 36 km² 16,1 km
Bassin versant de la rivière Salée
Lorrain 35 km² 18,4 km
Bassin versant de la rivière du Lorrain
Rivière Pilote 35 km² 11,8 km
Bassin versant de la rivière pilote
Roxelane 20 km² 8,8 km
Bassin versant de la Roxelane

 

Cours d'eau principaux :

Cours d'eau
Longueur Bassin Versant Fiche
Rivière Lézarde 35,8 km Lézarde Télécharger
Rivière du Galion 23,1 km
Galion Télécharger
Rivière Capot
21,8 km
Capot Télécharger
Rivière Blanche 20,6 km
Lézarde Télécharger
Rivière du Lorrain 18,4 km Lorrain Télécharger
Rivière Monsieur 16,9 km Monsieur Télécharger
Rivière les Coulisses 16,1 km Salée Télécharger
Rivière du Carbet 13,8 km Carbet Télécharger
Rivière Case-Navire 13,6 km Case-Navire Télécharger
Rivière du Longvillier 13,3 km Longvillier Télécharger

 

On peut distinguer 2 grands ensembles hydrographiques :

  • au nord, les rivières issues de la Montagne Pelée qui sont marquées par un cours relativement rectiligne, du fait des fortes pentes et de la structure circulaire du dôme de la montagne, alors que celles issues des Pitons du Carbet sont caractérisées par une morphologie plus diversifiée avec notamment des méandres en partie aval. Dans les deux cas, les bassins versants allongés, les pentes (4 % et plus) et les dénivelés importants (600 m et plus) génèrent un écoulement torrentiel, de forte énergie, pouvant être soumis à de fortes variations en très peu de temps. Seule la rivière Capot qui traverse une zone plus calme - la cuvette de Champflore - se distingue de cette configuration. La nature des sols, et notamment leur capacité de réserve, induit des étiages soutenus.
  • au sud, les vallées s’élargissent au sein de bassins versants moins allongés. Les reliefs et les pentes sont globalement deux fois moins marqués (excepté tout en amont), entraînant hors période de crues des écoulements (débits, vitesses) plus faibles. Dans les derniers kilomètres, la pente devient très faible jusqu’à s’annuler en zone de développement de la mangrove. La nature argileuse des sols s’allie à la faible pluviométrie pour engendrer des étiages très faibles.

 

 

Sur le plan morpho-dynamique, et à l’échelle de chaque rivière principale, on peut faire ressortir, trois zones distinctes :

  • un tronçon montagneux en amont, lieu de production érosive ;
  • un tronçon de plaine côtière, avec un lit mineur de sables, galets et graviers serpentant au sein d’une plaine inondable ;
  • un tronçon aval, sous influence maritime dont le niveau varie avec les marées : le lit y est vaseux et les berges stables, il serpente souvent au sein de la mangrove.

Si les cours d’eau du Nord sont plutôt de type rivières de montagne (pentes fortes, dénivelés importants, bassin allongé, vallées encaissées), et ceux du Sud de type rivières de plaine et de mangrove, la Rivière Lézarde possède quant à elle les trois types de caractéristiques suivant les secteurs.

 

Statut juridique des cours d'eau

Le statut juridique des cours d'eau des Départements d'Outre Mer a été modifié par la loi sur l'eau et les milieux aquatiques du 30 décembre 2006, qui stipule qu'ils font partie du domaine Public Fluvial. Ils possèdent le même statut que les cours d'eau domaniaux de la France hexagonale et sont transférables à une collectivité territoriale.

Outils personnels