Vous êtes ici : Accueil Eau potable Captage Captage
Actions sur le document

Captage

— Mots-clés associés : ,

L'eau provient majoritairement des rivières :

Il est estimé qu'environ 174 000 m3 d'eau sont prélevés chaque jour du milieu naturel pour les besoins en eau potable. Cette eau provient très majoritairement des rivières, au travers de 20 prises d'eau, représentant 94% des volumes prélevés. La rivière Blanche et la rivière Capot sont les deux premières ressources de la Martinique.

Prise d'eau

Seuil et prise d'eau en rivière

L'eau souterraine représente seulement 6 % des volumes prélevés, au travers de 4 forages et 12 sources. Cette situation peut poser problème lors de carêmes secs, les rivières présentant des débits très faibles.

Captages
Débits (m3/j)
Eaux superficielles
20 164 315
Eaux souterraines
16 10 056
TOTAL
36
174 371

(source ARS)

 

Le captage de la Rivière Capot est un captage prioritaire au sens de la loi Grenelle 1.

Les captages du Galion, du Lorrain de la Lézarde et de la rivière Blanche sont classés stratégiques.

Le développement de SIGESMAR par le BRGM a permis d'identifier les secteurs favorables à une exploitation des ressources souterraines.


Les ressources en eau sont concentrées sur le Nord de l'île :

Les disponibilités en eau sont très limitées dans le Sud, surtout en période de carême. Cette situation impose de longues canalisations parcourant l'île du Nord au Sud.

 

Les réseaux de production et de distribution de l'eau potable représentent:

  • 36 captages (depuis l'arrêt de l'exploitation du captage de la Rivière Monsieur)
  • 27 usines de production d'eau potable (UPEP)
  • 298 réservoirs
  • plus de 3000 km de linéaire de réseaux

Les territoires desservis en Martinique sont contrastés, entre zones urbaines à très forte densité d'abonnés, et zones rurales peu peuplée.

L'eau brute provient essentiellement de captages en rivières, ce qui peut poser des problèmes lors des épisodes de sècheresse marqués. La ressource en eau souterraine est peu exploitée: 4 forages et 12 sources fournissent 7% du volume produit par l'ensemble des captages.

Plus de 70 % de la production d'eau potable est issue de 4 captages: sur la rivière Capot, la rivière Lézarde et sur deux sites de la Rivière Blanche.

 

La protection des captages :

Des périmètres de protection de captage sont établis autour des sites de captages d’eau destinée à la consommation humaine, en vue d’assurer la préservation de la ressource. L’objectif est donc de réduire les risques de pollutions ponctuelles et accidentelles de la ressource sur ces points précis.

Les périmètres de protection de captage sont définis dans le code de la santé publique (article L-1321-2). Ils ont été rendus obligatoires pour tous les ouvrages de prélèvement d’eau d’alimentation depuis la loi sur l’eau du 03 janvier 1992.

Cette protection mise en oeuvre par les ARS (Agence Régionale de la Santé) comporte trois niveaux établis à partir d’études réalisées par des hydrogéologues agréés en matière d’hygiène publique :

  • Le périmètre de protection immédiate : site de captage clôturé (sauf dérogation) appartenant à une collectivité publique, dans la majorité des cas. Toutes les activités y sont interdites hormis celles relatives à l’exploitation et à l’entretien de l’ouvrage de prélèvement de l’eau et au périmètre lui-même. Son objectif est d’empêcher la détérioration des ouvrages et d’éviter le déversement de substances polluantes à proximité immédiate du captage.
  • Le périmètre de protection rapprochée : secteur plus vaste (en général quelques hectares) pour lequel toute activité susceptible de provoquer une pollution y est interdite ou est soumise à prescription particulière (construction, dépôts, rejets …). Son objectif est de prévenir la migration des polluants vers l’ouvrage de captage.
  • Le périmètre de protection éloignée : facultatif, ce périmètre est créé si certaines activités sont susceptibles d’être à l’origine de pollutions importantes. Ce secteur correspond généralement à la zone d’alimentation du point de captage, voire à l’ensemble du bassin versant.

Source : www.eaufrance.fr

Sur les 36 captages en services en 2017, 26 disposent d'un arrêté de déclaration d'utilité public (DUP). Pour les 9 autres captages, les procédures de DUP sont en cours d'élaboration.

Carte de l'état d'avancement des procédures de déclaration d'utilité publique des périmètres de protection des captages - SDAGE 2016-2021


-> Qualité de l'eau du robinet

Outils personnels